Le Tourbillon – Journal officiel mensuel de la Ville de La Chaux-de-Fonds

Journal officiel mensuel
de la Ville de La Chaux-de-Fonds

Catégories
Les éditos

La Métropole horlogère,  des perspectives enthousiasmantes

La Métropole horlogère,  des perspectives enthousiasmantes

La Chaux-de-Fonds, ville improbable, est née de l’industrie et s’est développée au gré de l’économie horlogère. Depuis un demi-siècle, la mono-industrie des origines s’est diversifiée, mais tout en gardant une cohérence et une complémentarité tournée vers la minutie, le précieux, la haute valeur ajoutée et l’excellence technique. 

Aujourd’hui, la Métropole horlogère est bien plus que la ville par excellence dévolue aux garde-temps, elle est un pôle de compétence technologique et d’innovation qui, au-delà des petites roues dentelées, explore les nanotechnologies, le numérique ou le cleentech, sans oublier évidemment la microtechnique.

Cette diversité est une richesse et un gage d’avenir. Connecter les différents acteurs économiques, les aider dans leurs démarches administratives lorsqu’ils veulent s’installer ou se développer, les écouter pour mieux comprendre leurs besoins sont les préoccupations quotidiennes du Service de l’économie.

La pandémie nous a fait craindre le pire ; or, aujourd’hui, notre économie régionale respire la grande forme et de nombreux projets économiques émergent. Bientôt, l’ouest de la ville verra fleurir les grues, signe d’un nouvel essor qui devrait permettre de retrouver une dynamique positive de domiciliation et une meilleure santé financière.

l'avenir n'est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire

La ville commence sa mue, une transformation profonde, mais respectueuse de son passé et de l’esprit particulier de la Métropole horlogère.

Si d’importants travaux d’infrastructure et d’aménagement changeront notre manière de vivre la ville, le développement du tissu économique, notamment en y intégrant la nécessité du développement durable, viendra appuyer l’attractivité des Montagnes neuchâteloises. Le Service de l’économie, en collaboration étroite avec les entreprises de notre région, y travaille de concert avec les autorités.

Les perspectives qui se dessinent sont enthousiasmantes, et, plus que jamais à l’instar d’Henri Bergson, nous sommes convaincus que l’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire.

 

Le Conseil communal

Catégories
À votre service

Jean-François Longo et son équipe nous reçoivent au cimetière

Jean-François Longo et son équipe nous reçoivent au cimetière

Ce mois, nous avons eu le plaisir de rencontrer Jean-François Longo, chef d’équipe des paysagistes du cimetière de La Chaux-de-Fonds. Ces femmes et ces hommes sont chargé·e·s de l’entretien du cimetière et de bien d’autres tâches, comme vous allez le découvrir.

En quoi consiste votre travail pour le cimetière de la Ville ?

Avec mon équipe, je suis chargé de gérer les abonnements de plantation de fleurs, leur entretien, les locations d’emplacement, qui se font en accord avec les familles, les inhumations, ou encore la mise en terre des urnes. Je m’occupe aussi des petits tracas du quotidien.

Quelle est la partie la plus difficile de votre travail ?

La mise en terre des urnes. Elle nous confronte à la tristesse des familles, ce qui est assez éprouvant. Il n’est pas donné à tout le monde de supporter de tels moments. C’est encore plus difficile quand les défunts sont jeunes.

De quels aspects de votre travail êtes-vous le plus fier ?

Je dirais que c’est de rendre le sourire aux gens. En règle générale, ils sont très satisfaits. Nous recevons régulièrement des courriers de remerciement pour notre travail et notre bienveillance. L’équipe fait son travail dans le plus grand respect des personnes en deuil. Nous sommes aussi heureux·ses de redonner de la vie aux lieux. On nous dit souvent que le cimetière fait penser à un parc fleuri et arborisé. C’est grâce aux massifs fleuris et à l’embellissement des plantations. Certains cimetières sont gris, nous on essaie de mettre de la couleur et de la vie.

Comment se déroule au quotidien votre travail de paysagiste ?

Nous plantons, débroussaillons, taillons les haies, enlevons les mauvaises herbes sur les tombes. On en laisse jusqu’à une hauteur de trois centimètres maximum autour des tombes. Ça reste vert, plus qu’à l’époque où on utilisait encore des produits chimiques pour faciliter le travail. Tout est mécanique désormais, ce qui fait plus de travail, mais est mieux pour l’environnement. Au début, les gens avaient un peu de mal à se faire à l’idée qu’il reste encore quelques herbes. À présent, ils comprennent que si on laisse la végétation reprendre au lieu de tout raser, c’est pour le bien de la nature.

Quelles fleurs trouve-t-on ici, en général ?

Cela dépend des saisons. Au printemps, nous plantons environ 15’000 pensées ainsi que d’autres plantes printanières telles que des pâquerettes et des myosotis. En été, on se tourne principalement vers les bégonias et aussi bien d’autres plantes estivales, dans les mêmes quantités. En automne, ce sont les bruyères et d’autres plantes automnales. Un peu plus de 500. L’hiver est consacré à l’entretien des machines et au nettoyage du cimetière, quand le temps le permet. Autrement, on assiste les collègues en ville pour les travaux de déneigement et de taille des arbres entre autres.

Jean Christophe Malou
Photo : Aurore Sande

Catégories
Culture Le coin des musées Loisirs

LA NUIT ET LE JOUR DES MUSÉES

LA NUIT ET LE JOUR DES MUSÉES

Que l’on soit passionné·e de musées ou non, c’est le moment de se laisser emporter dans les expositions, les visites guidées et les animations proposées lors de “La Nuit et le Jour des musées neuchâtelois”.

Cinq musées de La Chaux-de-Fonds ouvriront leurs portes gratuitement de 17h à minuit le samedi 13 mai, et de 10h à 17h le dimanche 14 mai. Une belle invitation à s’immerger dans leurs univers tout en découvrant une autre facette de ces lieux emblématiques de la Métropole horlogère.

Le Musée international d’horlogerie a conçu le programme idéal pour recharger les batteries : un nouvel espace détente avec massage, soin reiki et réflexologie plantaire attend le public au cœur du musée. Mais ce n’est pas tout : des animations pour enfants, une visite guidée les yeux bandés, la démonstration de l’automate “Grand Magicien” et bien d’autres surprises attendent toute la famille.

Le Musée des Beaux-Arts, associé au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel présente, sur deux sites, une exposition monographique dédiée à Aurèle Robert ainsi qu’à son frère Léopold Robert, peintre romantique ayant connu de son vivant une reconnaissance européenne et qu’une destinée tragique a auréolé de mystère. Le MBA nous transportera dans ses chefs-d’œuvre durant le vernissage, qui aura lieu le samedi à 17h, les visites flash de l’exposition temporaire, les ateliers pour enfants et d’autres activités gravitant autour de cet artiste.

Le Musée d’Histoire, quant à lui, nous plongera dans le monde fascinant de l’astronomie à travers sa nouvelle exposition “À la recherche de la lunette perdue”, mettant en valeur le travail de l’historien Julien Gressot, qui sera présent durant la manifestation. Des visites parents-enfants accompagnées de comptines, ou des visites au format court seront l’occasion de découvrir différents objets de la collection.

À 21h, Le Parc des Musées accueillera un concert live du groupe neuchâtelois “in Trees”. Trois musiciens et une chanteuse nous emmèneront dans une sorte de jungle sonore, un projet envoutant gravitant autour de la musique et de l’environnement. Un concert 100 % autonome en énergie, car il a la singularité d’être alimenté par des panneaux et des batteries solaires.

À MUZOO, c’est la biodiversité qui sera à l’honneur ! La nouvelle exposition immersive et ludique “Plan B” nous emmènera à la rencontre de notre alter ego animal. Des visites flash sur différents thèmes seront organisées, une tresse géante sera partagée durant le traditionnel brunch en famille du dimanche, et une expérience insolite est à ne pas manquer : réaliser une extraction d’ADN permettant de découvrir les liens qui nous unissent aux autres habitants de la planète bleue.

Le Musée paysan et artisanal brillera sous le thème du feu… Celui qui éclaire les nuits d’une flamme sauvage qui danse et fascine depuis la préhistoire. C’est à travers un spectacle incroyable, des contes, des visites libres à la lampe de poche, des animations pour enfants et des démonstrations des sapeurs-pompiers que le Musée paysan illuminera ces deux jours.

Entre expositions, activités originales, découvertes et ambiances conviviales, ainsi que buvette et petite collation dans certains musées, ce week-end est l’occasion d’aller à la rencontre de l’inconnu, de l’imprévu et de soi-même.

Programme complet sur www.museesneuchatelois.ch  ou sur le site de la ville www.chaux-de-fonds.ch/musees 

Sophie Amey & Francesco Garufo en collaboration avec les musées de la Ville.

Catégories
C'est quoi ce commerce ?

BOUCHERIE-CHARCUTERIE DE LA PRAIRIE

BOUCHERIE-CHARCUTERIE DE LA PRAIRIE

PerroudBoucherieLogoOK

Après une vingtaine d’années passée aux Ponts-de-Martel, la boucherie-charcuterie de la Prairie, fondée par Josette et Bernard Perroud, a déménagé il y a bientôt 3 ans à La Chaux­-de-Fonds. Ce couple d’indépendants a ainsi rejoint la ville dans laquelle ils sont nés, les parents Perroud y ont d’ailleurs tenu une boucherie durant de nombreuses années à la rue de la Serre.

L’opportunité s’est présentée de pouvoir reprendre les deux commerces (centre commercial des Eplatures et place du Marché) et le laboratoire de la Société Carnasec appartenant à la Famille Froment.

Disposant de vastes locaux (situés rue de l’Hôtel-de-Ville 101a) équipés de frigos, séchoirs et étuves pour préparer des produits certifiés “Terroir neuchâtelois”, tels que charcuteries, saucissons IGP, jambons, terrines, cette entreprise offre du travail à une vingtaine de collaborateurs·trices, dont deux apprentis, toutes et tous venant de la région.

La boucherie s’est mise sur quatre roues afin d’être présente sur les marchés de Cernier et de Neuchâtel et est régulièrement présente lors de nombreuses foires et manifestations. Elle est également active et reconnue pour ses livraisons à la gastronomie, aux collectivités et auprès des revendeurs.

Autre exclusivité reprise de l’entreprise, la viande de cheval d’Islande, dont Bernard Perroud est fier. Il ne tarit pas d’éloges, c’est une viande finement marbrée d’une tendreté exceptionnelle due à la race et aux herbages rustiques qui poussent sur cette île nordique et volcanique.

Passionné de bétail, Bernard Perroud, a également son propre élevage d’agneaux, labélisé bio, situé à Colombier sur le site de Planeyse/NE. Gardé par un berger professionnel, son troupeau passe l’été à l’alpage sous les Dents de Morcles entre les cantons de Vaud et du Valais. À l’automne, après un passage dans les vignes neuchâteloises, les bovins reviennent à Colombier.

BOUCHERIE DE LA PRAIRIE

Magasins de vente
Rue du Manège 12
032 968 35 04

Centre commercial, Eplatures 20
032 926 77 00
www.boucheriedelaprairie.ch

Dépôt et laboratoire 
Rue de l’Hôtel-de-Ville 101a
032 968 40 44 ou 032 937 20 21

Camion magasin-vente
Les mercredis au marché de Cernier (Val-de-Ruz)
Les samedis au marché de Neuchâtel (Rue du Seyon)

Activités : boucherie et charcuterie certifiée “Terroir neuchâtelois”.

Catégories
Sports

MARATHON DE WINTERTHUR

Marathon de winterthur

Avis aux sportifs, sportives et aux amateurs·trices de grand air : le dimanche 21 mai 2023 aura lieu le marathon de Winterthur avec un marathon, un semi-marathon et 10 km de course ou de Nordic Walking.

Le parcours de course se déroule autour de l’idyllique Eschenberg, sur de longues distances à travers la fraîcheur de la forêt sur d’agréables chemins de terre. Une expérience en pleine nature à ne pas manquer !

Outre le marathon et le semi-marathon pour les personnes bien entraînées, cette course propose également des compétitions pour les personnes moins expérimentées, les enfants et les marcheurs. 

Les habitant·e·s de La Chaux-de-Fonds peuvent bénéficier de conditions attractives : dans le cadre des échanges sportifs entre les deux villes, la Fondation Winterthur – La Chaux-de-Fonds offre les frais d’inscription, plus CHF 50.- pour le déplacement à Winterthur, voire même un dédommagement de CHF 50.- en cas d’hébergement sur place du samedi au dimanche.

Afin de bénéficier de ces avantages, les participant·e·s de La Chaux-de-Fonds devront s’inscrire eux·elles-mêmes sur le site du marathon :
www.winterthur-marathon.ch

Barbara Blanc, vice-présidente de la Fondation Winterthur – La Chaux-de-Fonds
Photo : winterthur-marathon

Catégories
Le Conseil Général vous parle

Pourquoi pas, une bonne nouvelle !

Pourquoi pas, une bonne nouvelle !

Pourquoi pas, une bonne nouvelle !

On entend trop souvent dire que La Chaux-de-Fonds est un enfer fiscal ; et ceci également par des Chaux-de-Fonniers·ères qui laissent entendre que s’ils et elles n’ont pas encore déménagé, cela ne saurait tarder. Ne parler que des impôts, certes élevés, est très réducteur. Il ne s’agit pas d’un indicateur fiable de la santé financière des Chaux-de-Fonniers·ères. 

En effet, il existe un bien meilleur indicateur : le revenu librement disponible. Il s’agit du revenu disponible pour un ménage après avoir payé les impôts, les cotisations sociales et au 2e pilier, les assurances maladie, le loyer, l’énergie et la garde des enfants, déduits du salaire brut. C’est le Crédit Suisse qui a publié une telle étude, et là, grande et bonne surprise, La Chaux-de-Fonds s’en tire très honorablement. 

Prenons un exemple : pour un couple avec deux enfants et un revenu brut de CHF 117’000.-, le revenu librement disponible est de : CHF 50’400.- à La Chaux-de-Fonds, CHF 53’800.- au Locle, CHF 49’400.- au Val-de-Ruz, CHF 42’500.- à Neuchâtel, CHF 33’500.- à Lausanne, CHF 31’700.- à Zürich, CHF 25’700.- à Genève. D’autres villes moyennes s’en sortent mieux, comme Aarau (CHF 50’800.-) et Sion (CHF 59’200.-). En général, villages et petites villes s’en sortent beaucoup mieux que les grandes.

En utilisant ce bien meilleur indicateur, on constate que La Chaux-de-Fonds, loin d’être en queue de peloton, est un peu meilleure que la moyenne suisse. Cela, c’est la bonne nouvelle. La moins bonne nouvelle ; c’est que PERSONNE NE LE SAIT !

Toutes et tous, faites-le savoir : non, La Chaux-de-Fonds n’est PAS UN ENFER FISCAL ! Oui, La Chaux-de-Fonds est bien placée si on regarde le revenu librement disponible. Tout le monde est appelé à le faire savoir : que ce soit l’ensemble des partis, les Conseils communal et général, les services communaux, les très nombreuses et vivantes associations, ainsi que ses habitant·e·s. Mobilisons-nous afin de propager une image positive que notre ville et sa population méritent.

De plus, La Chaux-de-Fonds possède de nombreux atouts sur les plans historique, culturel, associatif, urbanistique, sportif, économique, de formation, ou encore de mobilité douce, sans oublier la nature à préserver. Aux temps prochains des vagues de chaleur, La Chaux-de-Fonds sera bientôt le lieu où il faut être.

Groupe Vert
Christian Piguet & Grégory Rochat

Catégories
À votre service Divers

Échange croisé entre architectes

Échange croisé entre architectes

Échange croisé entre architectes

À l’occasion de la prise de fonction de Madame France Christen-Verdon, qui succède à Monsieur Antoine Guilhen au poste d’architecte de la Ville, nous avons invité les deux à poser chacun.e une question à son homologue.

Antoine Guilhen à France Christen-Verdon : l’architecte communal et son équipe ont la responsabilité du patrimoine construit de la Ville. Comment appréhendes-tu ce challenge ?

Je pense que dans la continuité de ce qui a été mis en place et qui fonctionne bien aujourd’hui, il va falloir trouver des solutions qui respectent mieux l’image de la ville, aller chercher en amont de nouvelles solutions technologiques, en collaboration avec des spécialistes qui ne défigurent pas le patrimoine. La situation actuelle – non esthétique au niveau des panneaux solaires et de l’emballage des bâtiments – est tolérable parce que nous sommes dans l’urgence, elle ne le sera plus à mon avis dans une quinzaine d’années. 

Pour ce qui est du plan climat–développement urbain, je crois que tout le monde n’a pas compris l’enjeu, le changement met toujours beaucoup de temps à faire son chemin dans les esprits…

 

France Christen-Verdon à Antoine Guilhen : des projets majeurs que tu as pu suivre et mener à bien durant ces années passées au SBL (Service des bâtiments et du logement), lequel t’a le plus …

Marqué ? La rénovation de notre unique Salle de Musique et le plaisir incroyable d’aller y vivre des concerts, ayant eu le privilège d’en connaître les dessous. 

Plu ? Le projet de la Halle Volta et son édification. J’ai dû alors, en solo, prouver à quelques personnes que je savais prendre les bonnes décisions, tout en vivant dans le doute (doute si salvateur dans l’exercice de notre profession).

Étonné ? L’instauration d’un climat de confiance exceptionnel avec les membres du Conseil communal depuis plus de dix ans. Condition indispensable pour pouvoir accomplir avec engagement toutes les actions qui m’ont été confiées.

Jean Christophe Malou 
Photo : Aurore Sande

Catégories
Le dossier du mois

40e Fête De Mai

40e fête de mai

cdf_05_25_fetemai14_085

La Fête de mai tire son origine de l’attachement et la générosité d’un habitant pour sa ville : La Chaux-de-Fonds. Le 28 septembre 1982, Alfred Olympi fait don à sa ville de ses parchets situés sur la commune d’Auvernier en émettant le vœu qu’une fête soit organisée afin que le produit des vignes soit proposé à la population.

Ce vignoble d’environ 20’000 m2 trouve là les conditions idéales pour produire du Chasselas et du Pinot noir. Mais aussi du non filtré, de l’œil de Perdrix et du Pinot noir barrique et, depuis cette année, du Chasselas en vin nature.

Confié à un encaveur de renom, le vin de La Chaux-de-Fonds se nourrit et s’inspire intimement de la culture de sa ville, où le travail minutieux, le soin du détail, l’exigence de la qualité et le goût pour la créativité, forgent génération après génération la réputation internationale de toute une région.

Au cœur de l’urbanisme horloger inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, la nouvelle cuvée est fêtée ensuite chaque année lors de la traditionnelle Fête de mai, où les habitant·e·s et les ami·e·s de la Métropole horlogère, prennent plaisir à se retrouver dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

1) Pouvez-vous nous en dire plus sur le vin de la Ville ?
Les vins de la Ville sont élevés au domaine de Montmollin depuis 40 ans, et depuis 2019, les vignes et les vins sont labélisés Bio Bourgeon. Au départ, les vins étaient proposés uniquement lors de la Fête de mai, et depuis plus d’une dizaine année, ils sont proposés à la vente toute l’année, via le site internet ou par l’intermédiaire de plusieurs commerçants et restaurants de la ville de La Chaux-de-Fonds.

Actuellement, c’est environ 10’000 bouteilles qui sont produites chaque année, dont plus de 1’300 pour la Fête de mai.

Depuis cette année, une nouvelle petite cuvée (300 bouteilles) d’un Chasselas non filtré et sans sulfite ajouté, est proposée. Cette méthodologie le rend plus expressif en bouche, mais il est aussi plus fragile qu’un autre vin, dans le sens où il n’apprécie pas les grands changements de température.

2) Pourquoi la Fête de mai aura-t-elle à nouveau lieu dans la vieille ville ? Est-ce une demande de la population ?
Après une annulation en 2020 en raison de la situation sanitaire, une fête allégée en 2021, l’édition 2022 devait absolument avoir lieu. Pour rappel, la configuration des Anciens abattoirs se prêtait bien aux éventuelles mesures de protection qui auraient alors pu prendre place. C’est sous un soleil radieux que la Fête de mai s’y est déroulée et que le public venu en nombre a pu profiter des festivités, notamment les familles qui ont apprécié le côté sécuritaire lié à l’enceinte. Les retours ont été très positifs hormis quelques réticences de certains commerçants. 

Comme la Fête de mai est un évènement tourné vers son public, pour sa 40e édition, nous avions à cœur de revenir en ville afin de fêter cet anniversaire en rassemblant un maximum de personnes. Le samedi 13 mai, la Fête de mai étendra également ses collaborations puisque l’association des Commerçants Indépendants de Détail de La Chaux-de-Fonds, le CID, organisera également sa Farfouille ce jour-là. Une chance pour toutes et tous de faire de bonnes affaires, aussi bien durant le marché aux puces géant qu’auprès des commerces locaux !

3) Cette année, nous fêterons le 40e anniversaire de la Fête de mai. Des surprises sont elles attendues ?

Nous faisons tout pour rendre cette édition exceptionnelle. Tout comme l’excellent millésime qui y sera proposé, la Fête de mai, nous l’espérons, sera mémorable et vecteur d’échanges. 

À la clef, plusieurs surprises attendent le joyeux public. Afin d’émoustiller les curiosités, nous pouvons d’ores et déjà annoncer quelques incontournables sur la scène de la rue du Collège : le coup d’envoi et l’apéritif offert à 11h, une preuve de style élégante et éco-responsable à 14h ou encore “3 écoles – 1 concert” à 15h30, sans oublier la Silent Party dès 20h.

Par ailleurs, avec la nouvelle loi sur les plastiques uniques et l’obligation d’utiliser de la vaisselle réutilisable, un stand tenu par le comité d’organisation se chargera de récupérer la vaisselle consignée et de promouvoir l’utilisation de la monnaie locale l’Abeille (chargement possible de l’application ou de la nouvelle carte). Le public pourra en effet utiliser l’Abeille auprès des guinguettes/stands professionnels lors de cette journée ou auprès des 100 partenaires Abeilles habituels. Un verre à pied “Fête de mai 40e” pourra y être acquis pour CHF 5.-. Relevons encore que Vadec, sponsor principal, tiendra également un stand près de la place du Bois pour informer le public des possibilités de valorisation des déchets.

4) Comment définissez-vous l’ambiance de cette fête ? 
Ce qui nous plaît particulièrement, c’est son côté “fête de village”, sa simplicité et les liens qui sont tissés autour de l’évènement. Sans l’aide précieuse des services de la Ville et des membres du comité d’organisation, la Fête de mai n’existerait simplement pas. Nous profitons de l’occasion pour remercier chaleureusement nos collègues pour leur contribution ainsi que le Conseil communal pour sa confiance.

Nous pensons également à la collaboration avec les associations locales qui concoctent les mets et servent le vin de la Ville, soit La Coquille, le Cronos Club, L’EPi-Fun For All, La Persévérante et Just for Love. Citons encore le Parlement des jeunes qui organise la Silent Party ou Emmaüs qui valorise les objets de seconde main. Chaque année, des milliers de personnes se réunissent autour de la Fête de mai et c’est pour nous la meilleure des satisfactions. Le marché aux puces géant et celui des enfants, la Mini-Trotteuse, les animations musicales et la Silent Party sont les piliers du succès de la Fête de mai. 

Seule préoccupation chaque année : la météo parfois trop capricieuse à notre goût. Notre public étant un public régional et averti, nous comptons sur sa bravoure reconnue pour faire face aux aléas météorologiques du mois de mai.

5) Un mot sur la Mini-Trotteuse et le programme enfants ?
Cette année, la course des enfants sera organisée autour de la place du Marché. Les inscriptions se feront comme à l’accoutumée durant la matinée dans le collège des Marronniers et les premiers départs de la catégorie pousse-cailloux auront lieu à 15h30.

De 7h30 à 17h00, les enfants de 4 à 17 ans seront également accueillis par les moniteurs·trices du Service de la jeunesse pour vendre leurs objets. Ils seront invités à imaginer leur plus beau grimage et pourront se le faire dessiner par des expert·e·s gratuitement, sous la tente de l’animation, qui sera installée sur la place du Bois. 

Toutes les infos sur www.fetedemai.ch

Texte : Ana Sarrias et Laure Houlmann, co-présidentes du comité de la Fête de mai.
Photos :  Aline Henchoz & Quentin Perrenoud

En chiffres

Nombre de participant·e·s à la Mini-Trotteuse : entre 300 et 500

Nombre de mètres parcourus : entre 400 mètres et 1200 mètres en fonction de la catégorie

Nombre de stands du marché aux puces : 248

Nombre de casques pour la Silent party : 1000

Nombre de personnes chargées de l’organisation : 13 

Nombre de personnes ayant fait une bonne affaire lors du marché aux puces ;-) : 709 dont 301 enfants

Nombre de bouteilles écoulées pour la Fête de mai : 1300

Nombre de musiciens sur la scène pour cette 40e édition : 85

Dimension de la scène : 8 mètres

Nombre de stands de nourriture : 9

Fête de mai : samedi 13 mai 2023 de 8h00 à 02h00.

Les ventes du vin de la Ville : 

  • Samedi 6 mai 2023 de 8h00 à 12h00 Marché (place de la Carmagnole)
  • Jeudi 11 mai 2023 de 17h00 à 19h00 Serre 23 (derrière le bâtiment)
  • Samedi 13 mai 2023 de 8h00 à 12h00 Marché (place de la Carmagnole).
Catégories
Le jeu-concours de l'Abeille

Hommes célèbres de La Chaux-de-Fonds

Le Jeu-Concours de l'Abeille : HOMMES CÉLÈBRES de La Chaux-de-Fonds

Reliez ces grands personnages masculins historiques aux domaines qui leur correspondent (exemple: A – 1)

A. Daniel Jean-Richard

B. Léopold Robert

C. Pierre Coullery 

D. Blaise Cendrars

E. Charles-Edouard Jeanneret-Gris

F. Louis Chevrolet

G. Charles-Edouard Guillaume

H. Célestin Nicolet

1. Historien & scientifique

2. Poète & écrivain

3. Constructeur & coureur automobile

4. Architecte & urbaniste

5. Horloger

6. Physicien & prix Nobel

7. Médecin & homme politique

8. Graveur & peintre

Envoyez-nous vos réponses jusqu’au 12 mai 2023.

Parmi les bonnes réponses, la personne tirée au sort remportera un montant de CHF 30.- en Abeille.

– Participez par e-mail à sume.marketingurbain@ne.ch
– Ou à l’adresse : Marketing urbain, Passage Léopold-Robert 3 2300 La Chaux-de-Fonds en indiquant  : concours Abeille, nom et prénom, adresse complète et numéro de téléphone.

Retrouvez les solutions des jeux-concours sur notre site internet “ letourbillon.ch ” au début du mois suivant et dans la prochaine édition imprimée. Le ou la gagnant·e sera avisé·e personnellement.

Catégories
Le Conseil Général vous parle

Taxes déchets plus chères qu’ailleurs…

Taxes déchets plus chères qu’ailleurs...

Taxes déchets plus chères qu’ailleurs...

En mars dernier, Le Locle annonçait diminuer sa taxe déchet avec effet rétroactif. Pour les entreprises, qui payent à la tonne et selon le nombre d’EPT ( équivalent plein-temps ) la taxe diminue de 19 % pour passer à CHF 18,31 par EPT. Il semblerait que l’installation des Moloks ces dernières années ait permis de diminuer la main-d’œuvre d’un tiers, ce qui permet cette diminution de la taxe puisque le coût de fonctionnement de la ville diminue.

À La Chaux-de-Fonds, il en est tout autre. En 2021, la taxe des entreprises a été augmentée à CHF 44,10 par EPT, soit une différence de 241 % avec Le Locle. Et pourtant, les Moloks fleurissent également dans notre ville et le ramassage au porte à porte diminue.

Concernant les ménages, en 2021, l’émission “ABE” de la RTS menait une enquête comparative entre les communes sur les prix à débourser pour l’élimination des déchets, incluant la taxe au sac et la taxe de base. 

À nouveau, La Chaux-de-Fonds est en tête de liste en comparaison avec les villes voisines (pour un ménage de 4 personnes) : CHF 238,80 à Bienne, CHF 313.- à Neuchâtel, CHF 438,72 au Locle et CHF 467,70 à La Chaux-de-Fonds.

Et l’écart se creuse puisque Le Locle vient d’annoncer qu’elle diminuait la taxe déchet des ménages de 17 % (CHF 364,13) avec effet rétroactif au 1er janvier 2023.

Ce constat pose beaucoup de questions, notamment celle de l’efficience du traitement des déchets dans notre ville ou même de la possibilité que les taxes déchets servent à “subventionner” d’autres prestations de notre service public, qui n’ont pas lieu d’être.

L’autre question que l’on peut se poser est de comprendre pourquoi cette prestation n’est pas rentable pour notre Ville alors qu’elle l’est pour des entreprises spécialisées dans le ramassage des déchets. La ville garde le monopole, engendrant une hausse des coûts de fonctionnement et, récemment, une hausse de la taxe pour les entreprises. Ayant pour effet de péjorer les conditions-cadres pour nos PME vis-à-vis des entreprises situées dans d’autres communes où les taxes sont moins chères et / ou la collecte des déchets libéralisée. Actuellement, nos PME sont captives de ce monopole dans lequel elles payent jusqu’à 15 % plus cher que si elles étaient situées sur le Littoral.

Le PLR s’engage à combattre, ces prochains mois, ces conditions défavorables pour nos PME.

Groupe PLR
Sarah Curty