Le Tourbillon – Journal officiel mensuel de la Ville de La Chaux-de-Fonds

Journal officiel mensuel
de la Ville de La Chaux-de-Fonds

Catégories
Culture

Cérémonie des naturalisés

une cérémonie pour les personnes nouvellement naturalisées

La cérémonie a eu lieu au Musée international d'horlogerie de La Chaux-de-Fonds. Photo : Aline Henchoz

Tu viens d’où ? De la Tchaux ! C’est ainsi que Yann Guillemot a terminé son émouvant discours lors de la cérémonie organisée en l’honneur des personnes nouvellement naturalisées le 23 novembre dernier, en présence de nos autorités.

L’obtention de la nationalité est un passage marquant pour la majorité des personnes qui entament cette démarche. Ce d’autant plus que la nouvelle loi fédérale (2018) sur la naturalisation prévoit des conditions plus restrictives que par le passé.

Le parcours pour obtenir le passeport est jalonné d’étapes, plus ou moins difficiles à passer selon les profils, servant à démontrer la bonne intégration des personnes. Soit. Néanmoins, l’acquisition de la nationalité ne reste qu’une étape d’un processus et pas une fin en soi, tant il est important de valoriser les appartenances multiples.

 

Ce qu’on retiendra ? La richesse qu’apportent les 109 nouvelles·eaux concitoyen·ne·s représentant pas moins de 23 nationalités, ou encore leurs témoignages sur leur parcours, mais aussi sur notre ville, que certain·e·s connaissent bien mieux et depuis plus longtemps que nous… Au fond, une cérémonie comme une reconnaissance à double sens !

Sandrine Keriakos Bugada, déléguée à l’intégration et à la cohésion sociale

Catégories
Loisirs Sports

SKI-CLUB La Chaux-de-Fonds

SKI-club LA CHAUX-DE-FONDS

Plus que centenaire, le Ski-Club de La Chaux-de-Fonds a été fondé en 1904 par des passionnés de sports d’hiver. Alors qu’actuellement seule la discipline du ski alpin est entraînée, historiquement le club faisait la part belle au saut à ski, avec les nombreux tremplins régionaux aujourd’hui disparus, et au ski de fond. S’illustrant tant au niveau national qu’international, le club a notamment pu compter parmi ses membres le champion du monde de slalom Georges Schneider.

Aujourd’hui composé de 200 membres, ce sont surtout les 25 jeunes nés entre 2005 et 2015 qui portent fièrement les couleurs bleu et jaune du club lors des diverses compétitions hivernales organisées sous les bannières de la Ragusa Ski Cup, de la Coupe Didier Cuche ou encore du Grand Prix Migros.

Et afin que ces sportifs·ves soient prêt·e·s physiquement, de nombreux week-ends d’entraînements sont mis sur pied en période estivale (organisés aux deux chalets appartenant au Ski-Club) ou sur les skis dès que les conditions le permettent, notamment en région valaisanne. Une fois la neige tombée sur le haut du canton, c’est sur les pistes du domaine de La Corbatière-La Roche-aux-Crocs les mercredis, samedis et dimanches, que les entraînements sont organisés. L’éclairage du domaine du Crêt-Meuron de l’autre côté du versant permet également quelques jolies sorties nocturnes.

Comme a dit Aimé Jacquet, “Le sport est école de vie”. Le Ski-Club permet à ses jeunes de se développer, de se surpasser, mais surtout de s’impliquer dans la vie collective et associative.

www.ski-cdf.ch

Texte et photo : Ski-Club

Catégories
Le Conseil Général vous parle

Les Vert-e-s acceptent le budget 2023

Les Vert-e-s acceptent
le budget 2023

En décembre, le budget de l’année suivante est soumis au Conseil général. C’est l’acte le plus important de l’année, donnant à la Ville les moyens de fonctionner tout au long de l’année 2023. Ainsi, ce budget a été examiné avec soin par notre groupe.

Le budget 2023 comporte 283 millions de charges et 14,9 millions de déficit comparé à 14,3 millions au budget 2022. Les investissements de 41 millions sont identiques à ceux de 2022.

Ce résultat, même déficitaire, est à saluer, car il est nettement plus difficile d’établir un budget en ces temps de grande volatilité due à la Covid, à la guerre et aux changements climatiques. Ainsi, le groupe Vert recommande l’acceptation du budget 2023.

Néanmoins, les Vert·e·s se posent la question de savoir si ce budget va dans la bonne direction compte tenu des très graves menaces qui planent sur notre planète. Evidemment, la réponse est “ OUI et NON ”.

C’est en fait “ NON, pas encore ”, car ce budget 2023 ne reflète pas encore la remise en cause de l’indicateur de croissance PIB, alors que l’on sait que l’on doit aller vers une économie décarbonée, sans pillage de la nature, sans gaspillage, avec une vision à long terme en opposition au profit immédiat, et que l’on doit revenir à plus de sobriété. Bref, une économie qui retrouve du sens, qui recrée un lien respectueux avec la nature, une économie que l’on appelle aujourd’hui post-croissance, citée dans le livre de T. Parrique, « ralentir ou périr ». Il y a également lieu de changer d’indicateur en prenant le PIV, Produit Intérieur Vert, proposé entre autres par M. Danthine, ancien vice-président de la BNS. Donc de ce côté, il y a encore du travail.

MAIS nous disons OUI à ce budget 2023, car il soutient de futures réalisations qui vont faire de La Chaux-de-Fonds une ville où il fera encore meilleur. Ce qui était impossible devient possible, les projets culturels, sportifs et les aménagements urbains sont en voie de réalisation. Comme la rénovation des musées, la maison culturelle, La Chaux-de-Fonds Capitale culturelle suisse en 2025, l’entretien d’équipements sportifs, la place du Marché piétonne, le Grand-Pont avec ses 2 giratoires, zones 30, bandes cyclables, abris vélo.

Donc un très grand merci au Conseil communal et à toute l’administration.

Groupe les Vert·e·s
Christian Piguet

Catégories
Archives : avant-après

Avant / Après : L’Atelier photographique de Louis Colin

Atelier photographique de Louis Colin

Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, Département audiovisuel, Fonds Louis Colin. 2e moitié du XIXe s.

Photo 2022 : Aline Henchoz

Catégories
La ville racontée à travers ses rues

La ville racontée à travers ses rues : Abraham-Robert

La ville racontée à travers ses rues : la rue Abraham Robert

Qui était Abraham Robert ? Il fut le premier maire de La Chaux-de-Fonds. C’était en 1656.

Les villages du Locle et de La Sagne avaient déjà obtenu leur autonomie et la communauté paysanne de La Chaux-de-Fonds réclamait la sienne. D’abord dépendant de Valangin, puis rattaché pendant 40 ans à la juridiction du Locle, le village fut érigé en mairie par Henri II d’Orléans-Longueville. Neuchâtel était alors une principauté gouvernée par cette famille française.

L’acte de fondation de la nouvelle mairie est signé à Rouen le 2 décembre 1656 et Abraham Robert fut nommé maire six jours plus tard. Les archives conservent précieusement cet acte de naissance du village. Le 12 janvier 1657, Abraham Robert prête serment devant 

le gouverneur de l’État de Neuchâtel, Jacques de Stavay-Mollondin, dont une rue du quartier de l’hôpital porte également le nom.

Dès lors, La Chaux-de-Fonds existe en tant qu’entité administrative et plus uniquement comme une communauté. Elle a son administration, son lieutenant de police, ses juges et son conseil de communauté. Le hameau compte alors 1000 âmes, réparties dans les onze quartiers que l’on retrouve dans les carreaux en bas des armoiries. Le plus peuplé était alors le Grand Quartier, autour de l’actuelle place de l’Hôtel-de-Ville, avec une vingtaine de maisons, l’église et le corps de garde.

Sylvie Pipoz, déléguée à la valorisation du patrimoine

Photos : Aline Henchoz